TikTok sous le Feu des Débats au Maroc : La Menace d’une Interdiction Plane

Au sein du Parlement marocain, le bouillonnement du débat sur TikTok s’intensifie, révélant des inquiétudes croissantes quant aux risques potentiels associés à cette plateforme mondiale. Des députés, motivés par des préoccupations telles que l’infantilisation sociale et la diffusion de contenus inappropriés, plaident pour une interdiction imminente de TikTok au Maroc.

Au cours des récents débats au sein de la Commission de l’éducation, de la culture et de la communication de la Chambre des représentants, une proposition d’interdiction de TikTok a été soulevée. Les députés soutiennent que cette plateforme, ainsi que d’autres réseaux sociaux, manque de mesures de sécurité adéquates et de normes transparentes d’utilisation, mettant en danger les jeunes utilisateurs.

La députée Hanane Atarguine, membre du PAM, a interpellé la ministre de la Transition numérique, Ghita Mezzour, sur les actions gouvernementales nécessaires pour protéger les mineurs des effets préjudiciables des médias sociaux. Dans sa question, elle a souligné l’échappatoire des pratiques illégales à la surveillance, soulignant les risques de mendicité et de harcèlement.

De manière similaire, le député Nabil Dakhch du groupe Haraki a averti dans une question écrite au ministre de la Culture et de la Jeunesse que TikTok présente des risques sociétaux. Il a pointé du doigt les mesures prises par d’autres pays, allant de l’interdiction à la légalisation, pour protéger les citoyens, en particulier les jeunes.

Le Maroc se trouve à la croisée des chemins, confronté à la décision cruciale de concilier la liberté numérique avec la nécessité de préserver la sécurité et la santé mentale des citoyens, en particulier des jeunes. L’avenir de TikTok au Maroc reste incertain, mais l’issue de ce débat pourrait façonner les règles du jeu pour les plateformes de médias sociaux dans le pays.

(Visited 73 times, 13 visits today)

Vous aimerez aussi...